L O A D I N G
blog banner

Justin Trudeau au cœur d’un scandale éthique et politique

Justin Trudeau au cœur d’un scandale éthique et politique


Faisant l’objet d’une enquête du Commissaire à l’éthique, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, doit s’exprimer jeudi 30 juillet à 15 heures (21 heures en France) devant la Commission des Finances pour clarifier son rôle dans l’attribution d’un important contrat gouvernemental à une association caritative qui a rémunéré des membres de sa famille.

Son témoignage, un événement rare pour une personnalité politique en fonction, est très attendu. Sa cheffe de cabinet, Katie Telford, lui succédera pour témoigner.

→ À LIRE. Une affaire de conflit d’intérêts affaiblit le premier ministre canadien Justin Trudeau

C’est la troisième tempête que doit traverser le gouvernement Trudeau en cinq ans, rapporte le journal canadien La Presse. Le Commissaire à l’éthique a en effet déjà conclu à deux reprises que le premier ministre avait enfreint la loi sur les conflits d’intérêts : en 2017, pour avoir accepté des vacances sur l’île privée de l’Aga Khan, et l’an dernier, pour avoir tenté d’influencer une procédure judiciaire dans l’affaire du géant du BTC canadien, SNC-Lavalin.

Conflits d’intérêts

Le contrat au cœur du scandale a été attribué au printemps à l’association caritative Unis (We Charity en anglais) sans appel d’offres. Il portait sur la gestion d’un programme de bourses étudiantes pour du bénévolat, initialement estimé à près d’un milliard de dollars (environ 850 millions d’euros). Un montant entre-temps revu à la baisse en raison du temps limité pour sa mise en œuvre, a précisé mardi, la ministre canadienne de la jeunesse, l’estimant à 500 millions de dollars (425 millions d’euros).

L’association Unis a reconnu avoir versé près de 300 000 dollars (190 000 €) à la mère et au frère de Justin Trudeau pour des prises de parole ces dernières années. L’épouse du premier ministre, Sophie Grégoire, aurait aussi reçu 1 500 dollars (environ 1 000 €) pour un événement en 2012. En plus de ces sommes, l’association caritative aurait remboursé 212 000 dollars (134 000 €) en frais de déplacement aux proches du premier ministre, selon Pierre Poilievre, porte-parole du Parti conservateur.

Un ministre visé par l’enquête

Le ministre des finances Bill Morneau est également visé par l’enquête du Commissaire à l’éthique. L’association aurait en effet remboursé des dépenses liées à deux voyages humanitaires auxquels il aurait participé avec sa famille en 2017.

L’organisme a renoncé au programme, le 2 juillet, confié depuis à la fonction publique. Unis aurait toutefois déjà pu recevoir plus de 40 millions de dollars (25 millions d’euros) selon les médias locaux. Les cofondateurs, les frères Craig et Marc Kielburger, ont déjà comparu, mardi, devant le comité, assurant qu’il n’avait pas été choisi en raison de leur « relation avec des politciens ».

Une popularité politique en baisse

Le premier ministre et le ministre des finances ont tous deux présenté leurs excuses pour leur implication dans l’attribution du contrat gouvernemental. Le 13 juillet, Justin Trudeau a ainsi reconnu avoir fait une « erreur » en participant aux discussions sur son allocation. Bill Morneau a également annoncé la semaine dernière avoir remboursé plus de 41 000 dollars (26 000 €), correspondant aux frais de voyage pris en charge par l’association, qui emploie par ailleurs l’une de ses filles.

Des gestes qui ne suffisent cependant pas pour mettre fin à la polémique. La moitié des Canadiens (53 %) indiquent en effet avoir une moins bonne opinion du premier ministre qu’il y a un mois, selon un sondage cité par la chaîne publique anglophone CBC. La controverse constitue un enjeu « sérieux et significatif » pour 59 % des sondés par l’institut Angus Reid, rapporte le Journal de Montréal.

Mercredi 29 juillet, à la veille de la comparution du premier ministre, les deux principaux partis d’opposition l’ont appelé à démissionner.



Ссылка на источник

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *